Le château du Plessis Chivré

Le Plessis Chivré est une ancienne terre seigneuriale qui relevait de la Chatellerie de Juvardeil.

 

Les terres de Plessis appartenaient depuis au moins la moitié du XIIIè siècle à la famille de Chivré. Jusqu’à la fin du XVè siècle, aucun document ne fait état de la demeure des Chivré. De cette époque, il ne reste que les douves et probablement une petite partie de l’existant ainsi que la fuye (pigeonnier). La construction de la partie principale du château date du début du XVIè siècle.

 

La demeure est constituée de deux corps de logis en équerre dont l’angle est marqué d’une grosse tour. En façade, on distingue une double tour d’escalier.

 

En 1630, le Comte de Chivré cède le château à la famille de Gramont (née Chivré). Celle-ci fit construire en prolongement vers le nord-est un bâtiment terminé par une chapelle. A l’intérieur de cette chapelle, Mme de Gramont fit installer un bel autel à retable.

 

En 1634, Françoise Marguerite de Plessis Chivré, nièce de Richelieu, épouse Antoine de Gramont, maréchal de France, conseiller d'Etat puis ministre d'Etat, ambassadeur à Madrid, qui épousera par procuration Marie-Thérèse d’Autriche au nom de Louis XIV et organisera son voyage vers la France.

 

Leur fille Catherine Charlotte épousa en 1660 le prince Louis Ier de Monaco, duc de Valentinois, qui sera appelé à régner sur la principauté en 1662.

 

En 1690, Catherine de Gramont apporte la terre en dot lors de son mariage avec Alexandre de Canonville, marquis de Raffetot. Louis-Alexandre de Canonville de Raffetot revend le Plessis Chivré à M. Lemarié de la Crossonière en 1780. Vers 1800, celui-ci supprima une partie du bâtiment du XVIè siècle afin d’avoir une ouverture sur le jardin des douves et les bois.

 

En 1824, M. Ménage en hérite et à son décès, en 1831, la famille de Quatrebarbes en prend possession. A la fin du XIXè siècle, M. Xavier de Quatrebarbes entreprit la restauration du bâtiment principal suivant le goût de l’époque, ainsi que la construction d’autres dépendances et la réhabilitation des parcs et jardins.

Sources :

 

“Etriché, d’hier et d’aujourd’hui”, ouvrage collectif,

éditions du Petit Pavé.

 

Célestin Port “Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine & Loire”

éditions H. Siraudeau & Cie, Angers

 

Wikipédia

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La vallée des arts - Crédits photos : © Thierry Hugon (Misanthrope) / © Pierre Verger (Pâris ou le bon juge) / @ www.jeanmichel-g.com (Photo affiche Misanthrope)